La fin des voitures thermiques pour 2035

Le 8 juin 2022 aura été un grand tournant pour l’Europe. Les eurodéputés ont voté la fin du moteur thermique. Dès 2035, les principaux constructeurs ne seront plus autorisés à commercialiser des véhicules fonctionnant à l’énergie fossile. Une décision qui a une certaine importance pour notre planète mais qui doit s’accompagner de nombreuses autres actions en parallèle pour espérer limiter le plus possible le réchauffement climatique.

Un vote historique

Contrairement aux idées reçues, la commission européenne ne reste désormais plus passive face à la hausse des émissions de CO2. Dès mai 2022, le parlement européen a adopté un nouveau règlement en matière d’émissions de CO2 pour les nouvelles voitures et les camionnettes.

Celui-ci renforçait déjà les mesures prises en amont pour atteindre la neutralité carbone en 2035. Il prévoyait déjà la mise en place d’une nouvelle méthodologie d’évaluation des émissions ainsi qu’un contrôle technique propre aux véhicules électriques.

Le 8 juin, les eurodéputés ont simplement voté l’interdiction de la vente des véhicules thermiques au grand dam des constructeurs automobiles. Cette décision prendra effet dès 2035. Cette disposition accélèrera l’adoption de la mobilité électrique.

Une mesure insuffisante pour sauver la planète

Cette décision constitue un grand pas en faveur de la protection de l’environnement. Seulement, le parc automobile européen représente environ 18 % des automobiles en circulation dans le monde. Par ailleurs, cette mesure concerne principalement les voitures particulières qui représentent 12 % des émissions européennes.  La transition vers le tout-électrique permettra donc finalement de réduire de 2,16 % les émissions mondiales. Un chiffre dérisoire qui devrait pousser les décideurs à multiplier les actions en faveur de la protection de l’environnement.

L’interdiction de la vente des véhicules thermiques n’est donc qu’une bataille gagnée pour un monde plus sain. Seulement, il faut encore remporter de nombreuses victoires pour libérer les futures générations du réchauffement climatique. Tout un chacun doit se sentir concerné par la cause écologique et prendre des initiatives telles que le recyclage ou encore le compostage.

Toujours est-il que pour réduire significativement les émissions, il faut aussi repenser sa manière de consommer les biens et les services en privilégiant les achats en circuit court, en consommant des produits locaux, etc, ce qui permet de réduire les kilomètres parcourus par les marchandises et à terme le trafic routier et aérien.   

Image à la une par cardisiac.com

Nous suivre sur Google ActualitésCommenter cet article

Date de publication :

Catégorie :

,

Auteur / Autrice :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *